Trouver un job

Comment réussir son entretien d'embauche en startup ?

Réussir son entretien d’embauche en startup

Comment se préparer efficacement ? Que faut-il savoir avant de passer un entretien d’embauche ? Sur quels critères les entrepreneurs se basent-ils pour évaluer l’adéquation de votre profil avec leur mission ? Comment être impactant en entretien et faire un choix éclairé ? Autant de questions que les talents que nous accompagnons depuis 2013 nous posent chaque jour... Découvrez les best practices de nos coachs RH pour mettre toutes les chances de votre côté.

Avant l’entretien d’embauche : la préparation, la clef pour assurer


Que vous soyez ultra charismatique ou d’une timidité maladive, un entretien d’embauche ça se prépare toujours en amont pour décrocher le job qui vous correspond. Il est loin le temps des légendes urbaines sur les startups ambiance détente, baby foot et apéro !

Celles-ci ont bien compris que les erreurs de recrutement coûtent très cher. Surtout, leur forte attractivité génère désormais une concurrence rude entre candidats. Avec les levées de fonds mirobolantes, le secteur explose.

Selon l’Insee, les startups françaises emploient 1,5 million de salariés et créent désormais plus d’emploi que les entreprises dites “classiques”. 

Vous l’avez compris: pour convaincre votre recruteur que vous êtes le fameux “mouton à cinq pattes” qu’il recherche, et pour vous assurer que vous allez vous épanouir dans cette startup et l’accompagner dans sa croissance, il va falloir vous retrousser un temps soit peu les manches. Et vous montrer sous votre meilleur jour : polyvalent, agile, avec des qualités humaines, et un esprit débrouillard…

Renseignez-vous sur la startup et son écosystème

C’est la première étape de la préparation à l’entretien d’embauche : faites un vrai benchmark ! Qu’y-a-t-il de plus rédhibitoire pour un recruteur que d’avoir l’impression que le candidat ne sait même pas pour quelle boite il postule ?

Connaître la startup et son écosystème, c’est s’assurer de se distinguer de ceux qui auraient postulé “par hasard” et de témoigner votre intérêt pour la boîte, son secteur d’activité ou encore sa culture d’entreprise. Ces recherches vous permettront d’être plus à l’aise lors de l’entretien et également de déterminer si vos aspirations correspondent aux valeurs de la startup.  

Avant l’entretien, assurez-vous de connaître la date de création, le nom de son/ses fondateurs, les valeurs qu’elle prône et ses clients principaux. Toutes ces informations se situent généralement dans la rubrique “à propos” du site web. 

Etendez votre benchmark au secteur plus généralement, en regardant le positionnement des concurrents directs, leurs leviers versus ceux de la startup dans laquelle vous souhaitez travailler, leurs forces et faiblesses respectives. Le recruteur pourrait vous interroger sur les actualités liées à son secteur d’activité. Et votre connaissance fine de celui-ci sera un atout majeur.

Gardez un œil attentif sur les réseaux sociaux de la startup : ils reflètent souvent la culture de la boîte, en particulier LinkedIn, qui vous permettra de découvrir vos (futurs?) collaborateurs, leurs fiches de poste et vos points de complémentarité.  

 

Pour une fois, cela ne vous sera pas reproché !

Laissez-vous porter par la curiosité et stalkez sans modération le profil de vos futurs collaborateurs. Vous pouvez facilement les retrouver sur la page LinkedIn de la startup. La description de leur job ainsi que leurs posts corporate (ou non!) vont vous permettre d’appréhender avec précision votre futur environnement de travail et d’évaluer votre plus-value réelle pour la team que vous comptez intégrer. Vous avez un parcours plus Sales ? Ou un esprit résolument Market qui apporte une diversité intéressante ? Vous avez une expérience de “créatif”, un profil qui manque aujourd’hui dans l’équipe ? Ces détails précieux et pertinents feront mouche au cours de votre entretien !

Si vous n’avez pas un compte Premium sur LinkedIn, il existe une fonctionnalité qui vous permet d’effectuer une veille et de visiter le profil de vos futurs collaborateurs sous un profil anonyme 😉

Rendez-vous dans les “Préférences du compte” de votre compte LinkedIn 

Cliquez sur ”Visibilité” puis “Option de vues de profil”; votre profil public passe en profil anonyme et vous pouvez stalker en toute quiétude vos futurs collaborateurs (c’est pour la bonne cause).

Attention : n’oubliez pas de restaurer vos paramètres et de repasser en profil public une fois votre recherche effectuée.

Plongez-vous dans la fiche de poste et les futures missions 

Assurez-vous d’avoir bien compris les enjeux réels du poste ainsi que les missions décrites. Êtes-vous capable de les reformuler ? Qu’est-ce qui sera attendu de vous sur le terrain ? Quelles compétences sont essentielles pour ce poste ?

La fiche de poste est Le document sur lequel vous appuyer pour faire une résonance avec vos expériences passées qui font le plus sens par rapport à ce poste précis. Cette introspection vous permettra de confirmer votre adéquation profonde avec la réalité de ce poste. Posez-vous les bonnes questions :

Lorsqu'une startup est en phase d’expansion, elle cherche à se renforcer avec des profils différents. Dans les early-stage où l’effectif ne dépasse pas les 15 salariés, les profils recherchés sont plus souvent des juniors couteaux-suisses, très polyvalents et autonomes, capables d’assumer de grandes responsabilités seuls, sans management ni hiérarchie marquée. Alors que les scale-up regroupant plus de 50 salariés font appel à des profils plus seniors pour structurer les équipes. Ceux-ci apportent une expertise fruit d’une longue expérience professionnelle et souvent des capacités de management. 

Votre atout, c’est votre expérience et vos compétences ! Avec un profil entre 8 et 15 ans de métier, votre bagage c’est votre crédibilité dans un poste, vos résultats, votre expertise.  La startup et votre recruteur misent sur votre méthodologie et vos compétences en management pour se pérenniser, optimiser et structurer l’organisation à moyen et long terme.

L’écueil majeur serait de lister vos 25 ans d’expériences et d’en donner tout le détail à un recruteur qui préférerait plutôt qu’on lui parle de ses enjeux à lui. Gardez en tête que même si votre parcours l’intéresse, il souhaitera déceler chez vous un ‘esprit startup’, soit une certaine agilité, des capacités de travail, de collaborations innovantes et un goût pour la prise de risques. Sans ces soft skills, chers aux fondateurs de startup, vos compétences seront hélas sans valeur.

Notre conseil : pour éviter de perdre votre interlocuteur, faîtes ressortir au moins 2 forces qui ont drivées vos expériences pro. 

A l'inverse des seniors, les profils juniors devront tenter de détailler au maximum leurs expériences. Si vous êtes un(e) tout(e) jeune diplômé(e), parlez de vos stages ou de vos alternances en fournissant si vous le pouvez des chiffres ou des faits concrets concernant les projets dont vous étiez owner.

Montrez aussi votre capacité d’engagement ou d’entrepreneuriat (parlez de l’association que vous avez fondée, ou de l’ONG dans laquelle vous militez). N’ayez pas peur d’évoquer vos passions. Tout cela vous donne de l’épaisseur et fournit des informations précieuses pour le recruteur sur votre motivation, vos softskills et vos valeurs. 

La méthode STAR pour parler de ses réussites 

Pour éviter l’écueil du discours descriptif de votre CV, utilisez la méthode STAR, une technique qui permet de parler de ses expériences et de présenter ses qualités et compétences à travers la démonstration. Elle structure le discours et permet au recruteur de retenir facilement vos points forts dans des situations concrètes, avec une réponse complète et précise. 

Finis les chiffres sortis de nulle part, vous mettez en valeur une analyse, du recul, une vision plus high level, en montrant que vous comprenez parfaitement le contexte du travail et comment vos expériences passées peuvent vous permettre d’avoir de l’impact dans le job visé.

La méthode STAR c’est : 

S pour Situation : Quelle était la situation dans laquelle tu étais ? Quels étaient le contexte, les enjeux ? 

T pour Tâche : Quels étaient ton rôle et tes missions dans ce contexte ? Quels étaient tes objectifs ?

A pour Action : Qu’as-tu mis en place ? Comment t’y es-tu pris ?

R pour Résultat : Quels résultats as-tu obtenu ?  Utilisez tous les faits, tous les chiffres et résultats qui soulignent les projets et les initiatives réussies. Avec des exemples concrets, le recruteur vous visualiserez mieux dans l’entreprise. 

Pendant l’entretien d’embauche : nos conseils pour le jour J

Même si vous vous êtes parfaitement préparé, gardez en tête que vous n’êtes pas en terrain conquis. Votre ‘plus’ pour le Jour J ? Rester à l’écoute du recruteur pour ne pas répondre à côté des questions. 

Le jour J 

Senior, laissez tomber la cravate. Junior, laissez vos tongs pour la plage. Les recruteurs en startup ont certes la réputation d’être cool, mais qui dit environnement moins formel ne veut pas dire look négligé. L’habit de ne fait pas le moine mais il ouvre les portes du monastère ! Optez pour un look qui reflète votre personnalité tout en restant soigné.

Prenez soin d’avoir un carnet et un stylo pour prendre quelques notes utiles durant l’entretien : cela vous donne un air impliqué et surtout vous permet de rebondir un peu plus tard dans la conversation sur un fait, un chiffre ou une phrase sans couper la parole à votre interlocuteur. 

 

La ponctualité est une marque de respect et tout retard peut être rédhibitoire lors d’un premier entretien d’embauche. Étudiez le trajet la veille pour être sûr(e) d’arriver au moins 10 minutes en avance. Vérifiez aussi que vous avez toutes les informations nécessaires : adresse, bâtiment, code, étage…

 

L’entretien d’embauche est d’abord un échange ! Veillez à bien équilibrer la parole, à ne pas l’accaparer. Les timides devront s'assurer de ne pas laisser le recruteur mener toute la conversation. Les bavards auront en tête de ne pas tomber dans un monologue forcément fatiguant pour l’interlocuteur et qui est du plus mauvais effet. 

Oubliez le “Fake it until you make it” (faîtes semblant jusqu’à ce que cela arrive), il ne s’agit pas d’incarner une caricature du candidat idéal. Spoiler : ça se voit. Vous y perdez votre âme et le respect du recruteur. L’authenticité reste le mot d’ordre, alors soyez vous-même (mais pas le pire de vous-même). Les startups cultivent souvent une ambiance familiale où les qualités humaines comptent autant que les compétences. 

 

L’entretien à distance 

Si vous craignez les entretiens en présentiel, sachez que l’entretien à distance n’est pas plus simple. Il demande même davantage de préparation et de maîtrise de soi pour briller derrière un écran. 

Favorisez un environnement calme, où vous ne serez pas dérangé. Tous les bruits qui pourraient parasiter votre discours rendront l’écoute difficile pour le recruteur. Vérifiez également que votre micro et votre caméra sont bien activés et que vous savez vous connecter sur le lien de l’entretien.

 

Vous ne duperez personne avec votre combo chemise et pyjama. Il est préférable d’opter pour une tenue complète. Cela vous permettra d'être ancré dans le moment, et d'éviter tout incident.

Projetez votre voix et prenez le soin d’articuler pour ne pas avoir à vous faire répéter. En effet, il y a parfois un décalage temporel avec les connexions numériques. Pour éviter que vous ne vous coupiez la parole, attendez quelques secondes avant de répondre. 

Avis à Narcisse : ne fixez pas continuellement le retour caméra. Vous risquez de noyer votre discours… A se regarder continuellement, on écoute moins son interlocuteur. Et on peut aussi se juger négativement, du coup s’emmêler les pinceaux. A l’inverse, instaurez plutôt un contact visuel avec le recruteur en fixant l’objectif de la caméra. Ce sera plus convivial pour lui et plus serein pour vous.

 

Les questions auxquelles vous n’échapperez pas 

Votre dernière mission s’est mal finie ? Vous en avez particulièrement souffert ? Quelles que soient les bonnes raisons d'en vouloir à votre ancien patron, cette question ne doit jamais être suivie d’une longue liste de reproches. Ne dénigrez en aucun cas votre ancienne boîte, cela pourrait être mal perçu par votre futur employeur qui pourrait remettre en cause votre loyauté. 

Si vous ressentez le besoin de témoigner d’une mauvaise expérience ou d’un conflit qui aurait mis fin à votre contrat, veillez à prendre du recul sur la situation. L’objectif n’est pas de mentir à votre futur employeur mais plutôt de garder votre sang froid et d’expliquer brièvement ce qui vous a dérangé dans votre ancienne relation et ce que vous ne voulez pas retrouver dans votre nouveau job. 

Vous connaissez l’expression : bien manager son manager ! Cette question pourrait bien être décisive dans le processus de recrutement. Le recruteur cherche à évaluer la compatibilité du candidat avec l’écosystème de la startup. C’est donc le moment de dire clairement ce que vous attendez dans le travail (plus d’autonomie ? Plus de cadre ? De la bienveillance ? Le développement de l’expertise ?) et ce dont vous ne voulez plus. Pour bien répondre à cette question, il faut donc parfaitement identifier vos drivers profonds : est-ce la liberté ou la sécurité ? Est-ce la quête de sens ?

Chaque personne a son ou ses drivers propres, des besoins primaires et viscéraux, toujours hyper personnels. Le tout, c’est de les identifier sans jugement afin de leur donner toute la place qui leur convient dans votre future mission et vous sentir épanoui(e). 

Inutile de vous lancer des lauriers (ce serait mal venu) ou de jouer les faux modestes. Le but de cette question est de voir si vous avez bien compris les enjeux de la boite et s’ils correspondent à vos envies/aspirations. Soyez vrai(e).  

Rares sont les parcours linéaires et les candidats n’ayant jamais fait de pause professionnelle. Le recruteur ne vous jugera donc pas. Préférez la transparence. Si vous le pouvez, n'hésitez pas à évoquer des projets (même s’ils n’ont pas abouti) sur lesquels vous avez travaillé, des formations que vous avez suivies ou des voyages que vous avez réalisés durant ce gap professionnel. Ces expériences personnelles traduisent souvent des soft-skills importants et inattendus.

Préparez-vous à répondre à cette question et si on vous la pose, ne passez pas par 4 chemins. Pour vous aider à connaître votre valeur sur le marché, n’hésitez pas à utiliser notre simulateur de salaire en startups ! Enfin si la question ne vous est pas posée, à vous de prendre le lead, sans arrogance. D’abord, vérifiez s’il y a plusieurs entretiens programmés et avec quels interlocuteurs. Souvent, c’est durant l’entretien avec le DRH que vous pourrez aborder le sujet salaire. 

Haha, c’est tricky. On peut tout répondre. La question permet surtout de voir si vous avez des envies, des drivers, des rêves, et d’accéder à cette part de votre personnalité. Rien ne sera mal jugé. Sauf si vous répondez placidement : “je me vois dans l’assurance vie”. Recruteur 1-Rêve 0. 

Vous avez les cartes en main pour montrer à votre recruteur que vous êtes vraiment intéressé par ce poste. Si vous avez pris des notes pour rebondir sur tel et tel sujet en fin d’entretien, c’est le moment ! Si rien ne vous a particulièrement frappé, il existe de nombreuses questions à poser. Voici une liste non-exhaustive : 

Les questions sur le recrutement : 

Les questions sur l’entreprise : 

Les questions sur l’organisation : 

 

Après l’entretien 

Que vous soyez surmotivé ou que vous passiez votre tour, faites un retour par mail

S’il y a bien une attention à laquelle les recruteurs sont particulièrement sensibles, c’est celle du mail de retour sur l’entretien ! Loin de vous l’idée de penser que ce mail est oppressif, il permet vraiment au recruteur de sélectionner les plus motivés et attentionnés. Un candidat qui reste dans l’attente d’une réponse pourrait être perçu comme désintéressé, pragmatique. A l’inverse, synthétisez à chaud ce que vous avez retenu du poste, de ses enjeux et de vos envies communes (sans écrire un roman non plus) en personnalisant votre mail au maximum, peut faire la différence ! Cela montre que vous avez internalisé les objectifs de la boite et de votre (futur) manager. 

Dans votre feedback, vous pouvez faire passer différents messages selon vos ressentis : 

Pour un retour efficace, formulez avant tout vos remerciements pour l’accueil et la qualité de l’échange. N'attendez pas trop longtemps avant d'envoyer votre mail de remerciement. Idéalement, ce mail doit être envoyé entre 24 et 48 heures après avoir passé l'entretien. Et pour qu’il n’arrive pas comme un cheveu dans la soupe, pensez aussi à l'envoyer pendant les heures de bureau, c'est-à-dire entre 9h et 18h.

 

Faites un bilan sur l’entretien et vos aspirations profondes

Maintenant que vous avez tout donné pour convaincre l’entrepreneur et que vous avez obtenu des réponses à vos questions, c’est l’heure d’un nécessaire bilan. 

Est-ce que cet entretien a tué des fantasmes (secteur, job, salaire, statut, réalité des missions?).

Si le job et le secteur vous correspondent parfaitement, est-ce la bonne startup ? Les valeurs et le cadre de travail sont-ils alignés avec vos aspirations ? 

Si vous avez aimé cet entretien mais qu’il subsiste des doutes (salaire, statut?), il est préférable de les lever PENDANT le processus de recrutement et non au moment où vous recevrez une offre. Le processus de recrutement permet de répondre à toutes les questions et de balayer les doutes. Exprimez-les sans tarder par écrit ou lors d’un deuxième entretien. 

 

Une recherche de job en startup est prenante et énergivore. C'est un écosystème en perpétuelle évolution. Alors, si tu souhaites de l’aide pour mieux cerner tes envies et prendre du recul, candidate chez Ignition Program. Vous bénéficierez de l’accompagnement d’un coach dédié qui vous challengera sur votre projet professionnel, vous conseillera sur votre CV, vous partagera les jobs les plus adaptés à votre profil auprès des startups qui correspondent le plus à vos aspirations et vous aidera dans votre préparation aux entretiens et dans votre négociation salariale. Comme un véritable agent !

Après ça, comment ne pas faire le meilleur choix ? 😉

_________________

Ignition Program est le leader du recrutement dans l’écosystème startup, et porte depuis 2013 une ambition forte : bâtir un monde du travail à visage humain, basé sur l’authenticité, l’apprentissage et la confiance.

Que ce soit votre premier stage, votre énième emploi ou votre 56ème recrutement, nous vous proposons un accompagnement pertinent, humain et personnalisé, ad vitam (quasi) aeternam.

Ignition Program, c’est chaque mois le démarrage de nouvelles histoires entrepreneuriales, fruits de la rencontre du top 5% de nos 2500 postulants mensuels avec nos 1500 startups partenaires. Envie de créer la vôtre et de rejoindre notre communauté de talent ?

C'est maintenant l'heure du choix

Revenir à la rubrique

Trouver un job

Comment trouver la bonne opportunité ? Découvrez nos méthodes pour mieux sourcer, trier vos offres, diversifier vos points de contact et optimiser votre recherche de job en startup.

S'inscrire à Ignition Program

Chaque talent mérite d'avoir un impact

Ignition Program vous aide à accéder aux jobs des startups les plus innovantes d'Europe.

Newsletter Spécial Candidats 📪
pour les talents curieux qui n’ont pas le temps de l’être !
Tous les mois, des analyses, du fun, des formations, des articles et une communauté 👫 qui boostent ta carrière…
Merci ! On se retrouve dans votre boîte mail !
Oops! Quelque chose n'a pas fonctionné... Seriez-vous déjà inscrit(e) ?
Se connecter
Se connecter
À ProposÉquipageContactMentions légales & CGS
facebooktwitterlinkedininstagram
Candidats
CandidaterRessourcesAccompagnementSuccess StoriesBlog
Entreprises
Recruter(Se) FormerTémoignages
Ignition Program
ContactA ProposEquipageMentions légales & CGS
S'inscrire