Être salarié en startup
• Épisode
19

Comment guérir d'un burnout au travail ?

Guérir d'un burn out : nos leviers d’action

Appréhensions récurrentes, absence d’estime de soi, de confiance et de reconnaissance, sentiment régulier d’incompétence, de dévalorisation, de perte de sens… Identifier rapidement les signes avant-coureurs du burn out permet d'en limiter les conséquences dramatiques. Car sortir du burn out est une course contre la montre. Chaque mois qui passe compte double pour en guérir. Mais quand la dépression n’est pas encore installée, on peut agir vite.

Il n'y a qu'une seule façon de sortir d'un burn out : retrouver du sens

Souvent, les personnes en pré burn out s’enferment dans une logique binaire :

1. Soit ils minimisent la situation : Certes, cela fait plusieurs mois que leur malaise persiste, "mais, qui n’a pas de problèmes dans son boulot ? Il faut être endurant, on ne peut pas toujours s’éclater !"

2. Soit ils se fustigent, bien inutilement : « Je geins sur mon sort alors que j’ai la chance d’avoir un travail. Pfff, je dois être intolérant à la frustration. »

 

En réalité, il n’y a qu’une seule façon de sortir d’un burn out, pour les personnes l’ayant vécu. Il faut chercher du sens, et définir quelles sont vos "motivations intrinsèques".

Par exemple : occuper un poste en adéquation avec vos valeurs personnelles, avoir un vrai rôle social, obtenir au quotidien la reconnaissance de vos compétences ou de votre efficacité, avoir accès à du développement personnel, ou des formations. Ce sont ces motivations, source principale de l'énergie et de l'implication, qui vont vous permettre de redéfinir le champs de vos compétences et de vos fonctions.

 

1 – Identifier les causes profondes

Les causes de votre souffrance peuvent être multiples et indépendantes de votre volonté (mise au placard volontaire ou involontaire, poste tombé en désuétude suite à un bond technologique). Pour vous aider à apprécier avec honnêteté l’aridité, l’intérêt ou simplement l’inadéquation d’un poste avec vos talents, nous avons demandé à ceux qui avaient connu un burn out comment ils avaient  procédé. Et voici les deux pistes qu’ils ont évoqué :

 

Prenez le temps nécessaire pour souffler : vous ne pouvez pas avoir la tête dans le guidon au travail et prendre de la hauteur sur votre activité et sur le sens que cela fait pour vous. Une pause est un préalable important pour parvenir à se retrouver soi-même, souffler, et assembler le puzzle de ressentis éparpillés, s'interroger.

Si vous avez déjà connu, dans le passé, des situations similaires, il est important de vous rappeler que vous avez déjà été acteur de changements dans le passé, et que par conséquent, vous pouvez encore l'être aujourd'hui. Remémorez-vous le contexte précis et les actions menées pour vous en sortir…

Posez-vous des questions objectives : Pourquoi avez-vous postulé - au-delà du salaire et de la carrière, quelles raisons profondes vous ont fait dire oui (quel élargissement des compétences et de votre utilité sociale y avait-il à la clé ? Quel relationnel enrichissant alliez-vous en retirer...) ? Ces sources de satisfaction sont-elles encore d’actualité aujourd’hui ? Pourquoi vous a-t-on choisi ? Quels sont votre mission et votre périmètre d'action? Listez aussi les inconvénients du poste. En étiez-vous conscient au départ ? Sont-ils rédhibitoires ? Avec qui aimez-vous et n'aimez-vous pas travailler ? Avec qui aimeriez-vous travailler ? Identifiez enfin les échecs et les succès marquants : en quoi y avez-vous contribué ? Avec quels événements extérieurs avez-vous dû composer ? Quels conflits et dysfonctionnements en ont découlé ?

Cette étape va vous permettre de regarder de façon lucide votre job et de sortir de l'interprétation ou du jugement. Vous devriez ainsi identifier les origines du malaise que vous ressentez aujourd'hui... et peut-être les relier à certains de vos comportements. 

Vos réponses vont déterminer si votre lassitude est passagère. Ou s’il s’agit d’une envie de changement plus radical… C’est seulement à partir de ces constatations que vous allez pouvoir maintenant actionner des leviers.

Ces leviers vont vous permettre de :

1. vous repositionner dans le poste actuel et trouver un second souffle,

2. changer de poste en interne ou encore quitter l'entreprise.

 

2 – Actionner des leviers simples

Maintenant que les causes de votre mal-être sont cernées, et que vos émotions et ressentis ne parasitent plus votre analyse, vous pouvez agir :

1. Définissez vos "motivations intrinsèques" 

Votre nouveau poste doit être en adéquation avec vos valeurs personnelles, votre rôle social, vous devez y trouver la reconnaissance de vos compétences ou de votre efficacité, des outils de développement personnel et de formation continue. Ce sont ces motivations qui constitueront la source principale de votre énergie et de votre implication au travail.

2. Listez vos ressources 

Temps disponible, situation familiale, ancienneté, compétences, mais aussi qualités personnelles. N’omettez pas, hors compétences techniques, votre valeur ajoutée (humanité, leadership...). Évaluez aussi la qualité et l'étendue de votre réseau, en interne comme en externe (anciens d'école, groupes professionnels...). Si vous connaissez des chasseurs de têtes ou des consultants en out-placement, définissez avec eux votre valeur sur le marché.  

3. Sortez du marasme grâce aux principes de management situationnel

Le marasme, c’est ce cumul de toutes les phases où l’on se sent inefficace et inutile dans son travail. Quand on est sûr que l’on veut rester dans son poste, et dépasser ce mauvais cap, on s’appuie sur le management situationnel pour repartir sur de bonnes bases. Il divise une évolution de poste en 4 phases (de D1 à D4), impliquant chaque fois, un type de management différent :

-       D1 : Structurer. Je dis , je décide.

-       D2 : Mobiliser. Parlons-en, je décide.

-       D3 : Associer. Parlons-en, tu décides.

-       D4 : Responsabiliser. Tu dis, tu décides.

 

Les phases présentant le plus de risques de départ sont:

-        D2 Parlons-en, je décide : Au bout de 3 mois, des exigences plus lourdes et des problèmes plus complexes apparaissent, le salarié, avec ses compétences encore moyennes, doit s’accrocher. Il réalise le gap entre ce qui doit être fait et ce qu’il sait faire, ce qui est source de frustration. A ce moment, une forte démotivation risque de survenir. En perte de confiance, le salarié doit alors structurer et déconstruire la complexité du poste. Sans un accompagnement adapté, pour gratter de petites victoires, centimètre par centimètre, c’est pas gagné !

-        D4 Tu dis, tu décides : Envie de changement, besoin d’évoluer, sensation d’être à l’étroit… le salarié est en poste depuis un an. Désormais autonome, il maitrise les outils et une routine s’est installée. Il est devenu un expert, responsabilisé. Ce ronronnement peut fausser la communication avec son manager, empêcher ce dernier de prendre conscience des doutes et de l’inconfort de l’employé face à son manque de perspectives d’évolution. C’est le moment pour lui de réinventer son poste !

 

Si vous êtes dans l’une de ces deux phases critiques, et que vous avez identifié ce qui bloque, c’est le moment d’entamer une discussion de fonds avec votre manager.

Cette discussion pourra vous aider notamment à réévaluer votre accompagnement ou creuser des pistes d’évolution.

 

Au terme de ce paragraphe, peut-être réalisez-vous que vous n'avez pas envie de quitter votre entreprise. Effectivement, l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs. Il suffit parfois de proposer de nouveaux projets à sa hiérarchie, ou de changer quelque chose dans sa façon de travailler en équipe pour se sentir mieux dans son poste. La solution passe parfois aussi par une progression personnelle (communication, mode de management), ou un changement de poste en interne / externe… Toutes ces voies sont donc à explorer.

 

3 – Changez de posture : l’art de pivoter dans son job

Une fois remis sur les bons rails, il vous faut tenir ce cap et continuer, tout au long de votre carrière, à explorer vos envies grâce à ces outils simples made in Ignition.

1. Apprenez à vous écouter

« Qu'est-ce que je veux pour moi aujourd'hui ? Comment je me vois dans six mois ou dans un an, et comment je vais y arriver ? » L'idée est de sortir de "Je dois/je ne dois pas", pour raisonner en termes d'envie : " Je veux/je ne veux pas ". Le piège à éviter ? Tout rationnaliser : « J’ai un enfant et un appartement à payer. Or ce travail paye bien, même s’il ne me plait pas, je dois donc m’en satisfaire et ne pas le quitter ». Ce réflexe vous fait perdre le contact avec vous-même et vos réelles motivations. Burn out assuré !

2. Sortez vos tripes !

Les tripes, c’est le terme qu’on emploie chez Ignition pour représenter les valeurs qui nous sont les plus chères, qui constituent vraiment le socle de notre être. Fruits de notre éducation, mais aussi de notre vécu, elles s’expriment à travers des convictions fortes.Elles sont un puissant indicateur de frustration et pour peu qu’on les comprenne et qu’on les écoute, on peut facilement s’éviter des phases de marasme absolu. 

3. Faites copain copain au boulot, vous ne risquez rien 

Comme nous le disions dans notre article sur "Comment détecter les signes d'un burn out ?", l’affect, ce n’est pas mauvais. Et surtout, ça offre des relais d’énergie nécessaire en cas de coup de mou ou au contraire, un élan, pour se dépasser.

4. Restez connecté à votre manager

Même en phase d’expertise autonome. Votre poste, vos envies évoluent tout au long de votre carrière et il vaut mieux accompagner ces changements que de les subir.

5. Misez enfin sur la vraie chance 

La chance dans la vie professionnelle, c’est rarement un hasard mais plutôt une question d'attitude positive, une façon d'entrer en relation avec autrui. La chance, par exemple, c’est souvent un réseaux, qu'on a bien entretenu. 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ignition Program est le leader du recrutement dans l’écosystème startup, et porte depuis 2013 une ambition forte : bâtir un monde du travail à visage humain, basé sur l’authenticité, l’apprentissage et la confiance.

Que ce soit votre premier job, votre énième emploi ou votre 56ème recrutement, nous vous proposons un accompagnement pertinent, humain et personnalisé, ad vitam (quasi) aeternam.

Ignition Program, c’est chaque mois le démarrage de nouvelles histoires entrepreneuriales, fruits de la rencontre du top 5% de nos 2500 postulants mensuels avec nos 1500 startups partenaires.

C'est maintenant l'heure du choix

Revenir à la timeline

Être salarié en startup

Ça y est, vous l'avez votre poste de rêve en startup ! Maintenant, il faut s'acculturer à l'équipe, progresser, gérer son manager, maîtriser son poste. Un peu d'aide ?

Lire l'épisode suivant

Symptômes du burn-out : détecter les signes avant-coureurs

Aujourd’hui, savoir reconnaître les signes avant-coureurs du burn out peut permettre de prévenir l’installation de la maladie. Salariés et managers, apprenons à détecter les signaux faibles...

S'inscrire à Ignition Program

Chaque talent mérite d'avoir un impact

Ignition Program vous aide à accéder aux jobs des startups les plus innovantes d'Europe.

Newsletter Spécial Candidats 📪
pour les talents curieux qui n’ont pas le temps de l’être !
Tous les mois, des analyses, du fun, des formations, des articles et une communauté 👫 qui boostent ta carrière…
Merci ! On se retrouve dans votre boîte mail !
Oops! Quelque chose n'a pas fonctionné... Seriez-vous déjà inscrit(e) ?
Se connecter
Se connecter
À ProposÉquipageContactMentions légales & CGS
facebooktwitterlinkedininstagram
Candidats
CandidaterAccompagnementSuccess StoriesBlog
Entreprises
Recruter(Se) FormerTémoignages
Ignition Program
ContactA ProposEquipageMentions légales & CGS
S'inscrire